Émotions : que se passe-t-il dans notre conscience ?

Nous connaissons tous les émotions, tout simplement car nous en éprouvons tous les jours. Nous savons donc ce que c’est de les ressentir au plus profond de nous-mêmes. Mais si je vous demandais maintenant de prendre une feuille, un stylo, et d’essayer de définir les émotions, vous me diriez que tout compte fait, vous ne savez pas vraiment ce que c’est. 

« Chacun sait ce qu’est une émotion, jusqu’à ce qu’on lui demande d’en donner une définition. A ce moment-là, il semble que plus personne ne sache. »

Source : Fehr et Russel

Aujourd’hui, je vous propose donc de découvrir dans cet article 2 grandes théories tentant d’expliquer et de classer les émotions.

  1. La théorie évolutionniste de Darwin
  2. La théorie de l’évaluation cognitive d’Ortony, Clore et Collins

Les émotions de base de Darwin

Charles Darwin, biologiste et naturaliste, est considéré comme le premier à s’attaquer à l’analyse de l’émotion. En 1872, il publie un livre intitulé L’expression des émotions chez l’Homme et les animaux, dans lequel il expose sa théorie des émotions de base

Définition

DÉFINITION → Émotions de base : petit ensemble d’émotions censées être innées et ainsi avoir des bases biologiques permettant de les différencier les unes des autres

Source : Armelle Nugier, chercheuse en psychologie sociale

Selon les sources, le nombre de ces émotions de base varie de 5 à 7 : joie, peur, tristesse, colère, surprise ; le mépris et le dégoût s’ajoutant parfois à la liste. Les émotions de base pourraient ensuite être combinées pour donner des émotions dites secondaires : par exemple, la honte serait une mélange de colère contre soi et de peur, selon le psychologue américain Paul Ekman.

Souvenez-vous du film d’animation de Pixar, Vice-Versa : on y suit l’évolution d’une jeune fille, Riley, dont les faits et gestes sont régis par 5 personnages-émotions que sont Joie, Tristesse, Peur, Colère et Dégoût. La conception des émotions dans ce film d’animation utilise justement la théorie de Darwin !

 

Les caractéristiques des émotions de base

Pour préciser sa théorie, Darwin a fait des expériences sur de nombreuses personnes issues de cultures et d’ethnies différentes. Il est arrivé à la conclusion que les émotions de base sont universelles et adaptatives.

UNIVERSELLES : Les émotions de base sont considérées par Darwin comme universelles car elles sont communes à toutes les cultures et que leurs expressions faciales sont reconnaissables quelles que soient nos origines. En effet, en s’appuyant sur des photos et des questionnaires, Darwin montre que nous arrivons tous à reconnaître les émotions de base chez d’autres personnes et que nous les exprimons de la même manière.

ADAPTATIVES : Selon cette théorie, les émotions de base favoriseraient notre survie. En effet, la théorie de la sélection naturelle, fondée par Darwin, stipule que toute modification biologique ne favorisant pas la survie d’une espèce est vouée à disparaître. Ainsi, les émotions de base nous ont aidés à nous adapter à chaque situation, ce qui a permis la survie de notre espèce.

La peur permet de fuir face au danger.

Le dégoût permet d’avertir l’entourage qu’un aliment est mauvais, voire dangereux.

La colère permet de donner la force et l’énergie nécessaire pour se défendre face à une menace.

La surprise met nos sens en éveil, ce qui nous permet d’analyser rapidement la situation et de prendre des décisions qui nous semblent cohérentes.

La joie et la tristesse sont des émotions sociales qui nous permettent de nous intégrer dans un groupe, d’attirer son attention et de générer de l’empathie.

Une théorie remise en cause

De nos jours cependant, la théorie de Darwin est de plus en plus remise en question.

  • Certains chercheurs réfutent par exemple le fait que toute émotion secondaire puisse être issue d’une combinaison d’émotions de base. A partir de quelles émotions de base pourrait-on construire la fierté, par exemple ?
  • Par ailleurs, beaucoup pensent que la théorie de Darwin ne serait qu’une vision très simple et partielle des émotions, qui ne prend pas en compte d’autres facteurs comme l’environnement, l’intensité d’une émotion…
  • Enfin, selon Darwin, les émotions de base sont celles qui sont nécessaires à notre survie. Mais les émotions secondaires ne sont-elles pas aussi utiles à notre survie, sinon elles auraient disparu au cours de l’évolution ?

L’émotion cognitive d’OCC

La théorie d’Ortony, Clore et Collins date de 1988 et est décrite dans l’ouvrage The Cognitive Structure of emotions. Elle définit 22 émotions.

Cette théorie est très utilisée en informatique car elle est crédible et logique, ce qui lui permet d’être transposable dans un langage informatique logique.

Définition

DÉFINITION → Émotion : Ensemble de variations épisodiques dans plusieurs composantes de l’organisme en réponse à des événements évalués comme importants.

Source : Klaus Scherer, professeur de psychologie à Genève

Selon cette théorie, l’émotion est cognitive, c’est-à-dire qu’elle résulte de l’analyse que l’on fait d’une situation, elle correspond en fait à la réaction à des éléments extérieurs qui peuvent être de 3 types :

  1. Evénements
  2. Actions de personnes 
  3. Aspect d’objets
Tableau récapitulatif du modèle OCC

Vers une définition générale des émotions

DÉFINITION → Émotion : phénomène multicomponentiel (avec plusieurs composantes) adaptatif pouvant être caractérisé par :

* les réactions expressives (sourire, froncement de sourcil, intonation de la voix, posture)

* les réactions physiologiques (fréquence cardiaque, flux sanguin, production de larmes)

* les tendances à l’action et les réactions comportementales (attaque, fuite, recherche de support social)

* les évaluations cognitives (pensée d’avoir été traité injustement par une autre personne)

* l’expérience subjective (ressenti)

Source : Armelle Nugier, chercheuse en psychologie sociale

Aujourd’hui, les chercheurs en psychologie s’attachent à définir l’émotion de façon plus globale, en prenant en compte plusieurs dimensions et en s’inspirant de tout ce qui a été fait auparavant. Vous l’aurez compris, il n’y a pas une, mais des réponses possibles, l’avenir nous dira peut-être laquelle est la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *